Les textiles naturels et synthétiques – Le denim

Pour faire du shopping de manière responsable, il faut d’abord apprendre à lire les étiquettes et à comprendre l’impact environnemental et social de chaque type de textile.

Il existe deux grandes catégories de textile dans la mode : les textiles d’origine naturelle, comme le coton, le lin, la soie, et les textiles d’origine synthétique, tels que la viscose, le polyester ou le lyocell par exemple.

 Il est coutume de penser que les textiles naturels sont bons pour la planète et que les textiles synthétiques ne le sont pas. Ce n’est cependant pas si simple. D’une part, certains textiles naturels ont des conséquences directes et indirectes très néfastes sur l’environnement et sur les travailleurs. D’autre part, une bonne part des textiles synthétiques sont aussi d’origine naturelle mais demandent un certain nombre de procédés chimiques pour être transformés.

 Dans cette série d’articles sur les textiles naturels et synthétiques, Paullet va vous apprendre à distinguer les différents textiles utilisés dans la mode et à comprendre quels sont les plus durables et responsables d’entre eux.

Ce nouvel article porte sur le denim !

Le denim

  • Quantité de fibres pour la production d’un jean : 800 grammes de coton

  • Quantité d’eau pour la production d’un jean : 3 800 litres

  • Premier(s) pay(s) producteur(s) : Bangladesh, Turquie, Chine et Pakistan

    Le denim est le textile le plus populaire et le plus porté dans le secteur de la mode : jeans, robes, vestes, jupes…

    Rien que pour les jeans, environ 2 millions de vêtements sont produits chaque année. Il existe des produits en denim à tous les prix et pour tous les styles.Cependant le denim est encore l’un des tissus les plus polluants au monde bien que les grands noms du secteur (Levi’s par exemple) et de nouvelles marques de jeans (1083, Daodavy…) aient déjà fait de nombreux efforts pour des jeans plus durables et plus responsables. On retrouve dans une grande partie de la filière du denim -et dans la fast fashion en particulier- les mêmes principaux travers que dans celle du coton. Le denim est effectivement composé en très grande majorité ou en totalité de coton.

    En moyenne, la fabrication d’un jean utilise 3 800 litres d’eau. Malheureusement ce sont les pays les plus affectés par la sécheresse et le manque d’eau qui sont les principaux producteurs de coton et de denim : lire article sur le coton.

    La filière du denim dans son ensemble demeure extrêmement polluante à cause des produits chimiques nocifs qui sont utilisés sur l’ensemble du processus de fabrication (pesticides, teintures…). Le sablage propre à l’industrie du denim (délavage, trous, détails d’usure) est aussi particulièrement polluant et demande beaucoup d’eau. Les ouvriers peuvent respirer les particules de sable et de poussière rejetées lors du sablage et qui peuvent se loger dans leurs poumons.

    Dans la filière du denim, et dans l’industrie de la fast fashion surtout, le manque de transparence ne permet pas aux marques de tracer l’origine de leurs produits et le respect les droits fondamentaux des travailleurs, comme l’interdiction du travail des enfants (Ouzbékistan et Inde).

    Le denim est donc un textile encore controversé aujourd’hui. Heureusement de plus en plus de marques proposent des alternatives écoresponsables, transparentes, confortables et stylées et annoncent un véritable mouvement de changement dans l’industrie du denim : PATiNE Paris, Sézane, Balzac Paris, Levi’s Water Less, Jeanerica Jeans, Outland Denim (les jeans écoresponsables préférés de Meghan Markle), 1083, Daodavy (jeans en lin fabriqués à Nancy)…

Pauline Collet, le 24 mars 2020 (mis à jour le 25 mars 2020)

2 Commentaires

  1. Matthieu

    Article très intéressant. Je pense toutefois qu’il faudrait nuancer car ce ne sont pas toutes les marques qui fonctionnent de la même façon. Si je prends l’exemple de Bonne Gueule, leur objectif est clairement de choisir des fournisseurs de denim qui suivent le label Detox to Zéro de Green Peace. D’autres marques (Daodavy, made in Nancy ;)) se tournent vers des toiles 100% lin.
    Bonne journée

    Réponse
    • paullet_plncllt

      Merci pour ton commentaire Matthieu! Je suis tout à fait d’accord avec toi. La majorité des entreprises dans le secteur du denim, et de la fast fashion en particulier, utilisent encore des procédés nocifs pour l’environnement et pour la santé mais cherchent à s’adapter (Levi’s par exemple). Et évidemment je n’ai pas cité Daodavy mais c’est un très bon exemple de marque durable et responsable qui fait un super travail dans la confection de jeans! On peut aussi citer la marque 1083. Bonne journée!

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *