Actu

L’après covid-19 dans le secteur du textile et de la mode

La crise du coronavirus et la période de confinement mettent à mal l’économie mondiale dans son ensemble. Les experts annoncent depuis quelques semaines déjà que l’après coronavirus va changer beaucoup de choses et que les prochains mois risquent d’être difficiles. La marque française de chaussures  André est par exemple passée en redressement judiciaire depuis fin mars en raison du confinement et des différents mouvements sociaux qui ont frappés le pays depuis l’année dernière (gilets jaunes et grèves des transports).

Avec le confinement, seuls les commerces essentiels sont ouverts et nous sommes évidemment tous d’accord sur le fait que la mode n’en fait pas partie. Nos achats de vêtements peuvent largement attendre la fin du confinement. Cette période pourrait également remettre en question nos comportements et nos modes de consommation vis-à-vis du secteur de la mode et nous amener à nous recentrer sur l’essentiel.

Les deux articles que Paullet vous proposent de lire cette semaine aborde cette problématique.

Comment le secteur de la mode va-t-il s’adapter à l’après covid-19? En quoi peut-on déjà observer que le comportement des marques et des consommateurs est en train de changer?

Dans l’article Consommation : ce que va changer la crise du covid-19 par Julia Garel (mardi 31 mars 2020, FashionUnited), l’auteur explique que les consommateurs remettent en question le rôle de la mode et que cette tendance devrait se confirmer dans les semaines à venir et après le confinement. Nous aspirons depuis quelques années à un retour à l’essentiel mais la crise sanitaire liée au cornavirus risque d’accélérer ce besoin.

Un certain nombre de marques de retail et du secteur du luxe comme LVMH, Kering, 1083 ou encore Inditex et H&M, ont mis à l’arrêt une partie de leur production pour soutenir les hopitaux, les médecins et les aides-soignants (production de gel hycroalcolique et de masques sanitaires, soutiens financiers, mise en pause de leur chaîne d’approvisionnement…). D’après cet article, le besoin d’altruisme et de citoyenneté commence déjà à se renforcer, ainsi que le retour à l’essentiel et au local « avec des vraies valeurs ». Le secteur de l’habillement d’intérieur devrait par ailleurs exploser avec le confinement et la diffusion de la pratique du télé-travail.

Dans le deuxième article, Relocaliser la filière française textile, un enjeu environnemental et social par Marina Fabre (25 mars 2020, Novethic), la journaliste aborde l’importance de réorganiser la filière du textile en France aux vues des conséquences de la crise du coronavirus.

Bonne lecture !

Pauline Collet, le 2 avril 2020