Les textiles naturels et synthétiques – La laine

Pour faire du shopping de manière responsable, il faut d’abord apprendre à lire les étiquettes et à comprendre l’impact environnemental et social de chaque type de textile.

Il existe deux grandes catégories de textile dans la mode : les textiles d’origine naturelle, comme le coton, le lin, la soie, et les textiles d’origine synthétique, tels que la viscose, le polyester ou le lyocell par exemple.

 Il est coutume de penser que les textiles naturels sont bons pour la planète et que les textiles synthétiques ne le sont pas. Ce n’est cependant pas si simple. D’une part, certains textiles naturels ont des conséquences directes et indirectes très néfastes sur l’environnement et sur les travailleurs. D’autre part, une bonne part des textiles synthétiques sont aussi d’origine naturelle mais demandent un certain nombre de procédés chimiques pour être transformés.

 Dans cette série d’articles sur les textiles naturels et synthétiques, Paullet va vous apprendre à distinguer les différents textiles utilisés dans la mode et à comprendre quels sont les plus durables et responsables d’entre eux.

Ce nouvel article porte sur la laine !

Textile_naturel_laine

La Laine

  • Quantité de fibres pour la production d’une écharpe : 500 grammes
  • Premiers pays producteurs : Australie, Chine, Nouvelle-Zélande, Iran et Royaume-Uni
  • Part dans le textile mondial : 1% de la production de fibres textiles en 2014-2015

La laine a de nombreux avantages pour ceux qui souhaitent une garde-robe plus responsable et plus durable.

La laine est 100% naturelle et biodégradable mais seulement lorsqu’elle n’est pas teinte avec des produits chimiques non biodégradables eux-mêmes, ce qui reste encore marginal malheureusement.

Elle permet de réguler la température du corps et est un véritable atout pour lutter contre le froid, mais aussi contre la chaleur. En effet, la laine est utilisée dans la confection de pulls, mais aussi de baskets (de la marque néo-zélandaise All Birds par exemple) ou de tee-shirts.

La laine, lorsqu’elle est correctement entretenue, dure longtemps et la qualité de la fibre s’améliore au fur et à mesure des lavages. Attention : grâce à ses capacités de respiration et de régulation de la température, la laine demande peu de lavage. Il se fait à la main, avec peu de lessive et à basse température.

La laine est une excellente alternative aux matières synthétiques dérivées du plastique comme le polyester et le nylon qui l’ont majoritairement remplacée dans le secteur du textile en raison de leur très bas de coûts de production. Les matières synthétiques sont pourtant tout sauf durables : elles sont de qualité souvent médiocre, retiennent l’odeur de la transpiration, sont nocives pour l’environnement et pour la santé. Mieux vaut investir dans un pull en laine plutôt que dans un pull en nylon ou en polyester car il vous accompagnera bien plus longtemps!

La laine dispose de toutes les qualités d’une matière responsable et durable. Pour s’en assurer complètement, il faut aussi s’intéresser aux conditions d’élevage des moutons.

La laine est une fibre textile naturelle. Mais elle est avant tout une fibre animale. Avec la laine se pose donc la question du bien-être animal. La traçabilité des matières premières est une problématique très complexe dans le secteur de la mode. Pour la laine, la problématique de la traçabilité demande de remonter jusqu’aux élevages afin de garantir le bien-être animal et la protection de l’environnement.

Dans le cas de la laine, la torture ou la maltraitance ne sont pas monnaie courante (sauf cas exceptionnels). Mais certaines pratiques font souffrir les bêtes et pourraient être remplacées par d’autres procédés. Le mulesing est l’une de ses pratiques. Il s’agit d’une opération chirurgicale, souvent pratiquée sans anesthésie, qui consiste à retirer la peau péri-annale des moutons dans le but d’éviter la transmission de la myase. La myase est une maladie due aux mouches et autres parasites. Ces derniers élisent domicile dans la laine et pondent sous la peau des moutons. Il en résulte des infections plus ou moins graves qui causent parfois la mort des moutons, ainsi qu’une qualité moindre de la laine. Le mulesing peut cependant être évité grâce à une surveillance accrue des cheptels et l’utilisation d’insecticides de manière ciblée.

L’élevage intensif de moutons contribue également à détériorer l’environnement à cause du piétinement accrue des bêtes sur les terres et leurs besoins croissants en nourriture. Des techniques d’élevage proposent de séparer les cheptels en plusieurs groupes de plus petites tailles afin de les répartir sur un même territoire et limiter la dégradation de l’environnement.

Pour s’y retrouver, plusieurs labels existent bien qu’ils aient une visibilité encore limitée : le Responsible Wool Standard, le ZQ Merino Standard et le Soil Association Organic Standards. Ces trois labels permettent d’assurer le bien-être des animaux, celui des éleveurs et la protection de l’environnement.

La Marque néo-zélandaise Sheep Included est particulièrement engagée dans la promotion d’une laine 100% écoresponsable et pousse sa démarche jusqu’au bout : chaque pull en laine de la marque est associé à la bête dont provient directement la laine. Si vous vous offrez une pièce de la marque vous connaîtrez ainsi l’identité de ce monton, où est son élevage et même s’il (plutôt “elle“ du coup…) a mis bas récemment! 

Enfin, dans une démarche responsable et durable, vous pouvez également acheter des pièces en laine de seconde main afin de vous assurer que davantage de moutons ne souffrent et ne pas faire pression sur les ressources  naturelles et la planète !

Pauline Collet, le 29 avril  2020

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *